« Thiron fait son cinéma » une expo sur le cinéma

A Thiron-Gardais, aux jardins de l’abbaye, une exposition sur le cinéma a eu lieu cet été 2007. Avec les anciens matériels des
studios de Boulogne Billancourt, qu’un amoureux a récupéré, nous entrons dans cet univers féérique.

expo Thiron fait son cinema

Découvrons cet envers du décor, certains éléments sont de reconstitution mais l’ensemble est magnifiquement mis en scène.

Entrons dans le vif du sujet avec cette caméra sur trépied


Cette ardoise est à elle seule tout un symbole pour le cinéma, de part son clap elle annonce le début de la scène et permettra
ensuite de faciliter le montage du film. De surcroit, celle du film Fantomas.


Les bobines de film étaient entreposées dans ces boites en métal étanchéifiées avec le ruban adhésif imprimé des « Studios Boulogne Billancourt film »,
restait plus qu’à y mettre le titre du film comme par exemple « Les Bronzés » (cela plaira à Laurent, mais ce n’est pas l’original semble-t-il).



Toute scène tournée en intérieur ne peut se faire sans un éclairage d’ambiance, c’est le rôle de ces projecteurs, dont les
lentilles de Fresnel sont chargées de concentrer le faisceau lumineux.

Tout projecteur recoit une ampoule adéquate, plutot des ampoules à filament au tungstène et de forte taille.

Le son est recréé en studio, le bruiteur utilise alors tout un tas d’accessoires pour reproduire les bruits de fond du film,
voici des contenus de valises contenant les objets qui servent à cette occasion.

La salle de montage son, un tableau de concorde fait pale figure face à celui-ci.

Le montage des bandes est un jeu de découpage collage, il est dit qu’un enfant de 5 ans y parviendrait, pas si sûr.

La 2CV du Corniaud, le clou de l’expo ?

C’est elle qui attire tant les masses populaires, la 2CV du Corniaud, cette remise en scène nous fait revivre la scène mémorable.

mais celle du film a bien finie en morceau, celle ci à le mérite de pouvoir traverser les ages.

L’affiche du film les Visiteurs, pour ne rappeller que même un film tourné en plein air nécesite un travail de fond pour le montage, travail des studios de Boulogne Billancourt.

Souvenirs d’un film, les numéros 6 et 9 sont source du fameux quiporquo dans « la grande vadrouillle ».

Le chewing-gum le « Yankee » dans « Rabbie Jacob » a bien posé des problèmes à l’équipe du tournage car il s’est mis à fermenter il a fallu tout nettoyer et recommencer la scène à nouveau.



Le projecteur à lentille de Fresnel sur son pied, petite apparte en admirant le mur avec enduit à la chaux aérienne et brique à mi-vue.

Et voici ce à quoi ressemblait l’un des batiments des studios de cinéma de Boulogne Billancourt, je crois que la fièvre immobilière a eu raison d’eux.

Le film hotel de Nord a entièrement été tourné au studio dans cette maquette du canal St Martin, atmosphére, atmosphère.

Une caméra sur son socle, celle qui se promenait sur les travelings, ou en extérieur, la miniaturisation a eu raison d’elle, à larrière plan de nombreuses photos issues de film.

En souvnir de tournage, on trouve cette photo de la DS de Fantomas, parrée pour le décollage.

Le travelling nécessitait un gros travail de préparation, et nécessitait de grands attelages, pour supporter le matériel et les équipes de tournage.

Montage de la caméra en hauteur pour filmer la scène de l’avion sur les champs élysées d’Alain Delon dans le film « les Aventuriers ».

La Buick dans les tontons Flingueurs, elle devait faire un tonneau mais ne le fit jamais tant elle était lourde, mais finallement cette scène est bien mieux comme cela, le tonneau ferait trop scectaculaire, le film n’en avait pas beoin.

Et un dernier travelling, dans les années 90.

pour conclure

Les studios Boulogne ont fermé en 1994, les batiments ayant disparu à tout jamais, les souvenirs de cette ère du cinéma sont concentrés à présent dans ces objets et photos.

Un grand merci aux personnes qui ont organisé cette expo qui retrace toute une épopée du cinéma, bien des films de mon enfance ayant bénéficié de cette infrastructure,
c’est ici leur rendre bel hommage.

 
Mots-clés :